EOLIEN

Fournisseur d'éolienne domestique

Le petit éolien, ou éolienne domestique, désigne les éoliennes de petites et moyennes puissances, de 100 watts à environ 20 kilowatts, dont le mât ne dépasse pas 12 mètres.

Au delà, on parle ou alors d'éoliennes commerciales (entre 12 et 30 mètres) soit d'éoliennes industrielles (plus de 35 mètres). Pouvant être à pâle, de type Proven ou de type Inclin , l'éolienne domestique se développe à la fois en milieu rural et urbain. Pour installer une éolienne supérieure à 12 m, il faut déposer un permis de construire à la mairie. Pour une éolienne inférieure à 12 m, pas besoin de permis, il faut faire une déclaration de travaux.

Les performances peuvent varier d'une façon très significative, d’une zone à l’autre en fonction du potentiel éolien disponible. La durée de vie moyenne d'une éolienne est d'environ 30 ans selon les modèles.

Une éolienne domestique peut être utilisé de trois manières différentes:

-pour alimenter en énergie un site isolé non raccordé au réseau électrique. Dans ce cas de figure, l'énergie produite de l'éolienne est stocké dans des batteries de stockage.

-la revente de l'énergie produite à un fournisseur d'électricité, dans ce cas il faudra s'assurer de la rentabilité de son projet avec un tarif de revente actuel pour l' éolien terrestre en France de 8,2 c€/kWh pendant 10 ans, puis entre 2,8 et 8,2 c€/kWh pendant 5 ans selon les sites.

-l'énergie éolienne produite est utilisé et le surplus revendu à ERDF selon le tarif en vigueur.

heliosolaire propose une gamme d'éolienne domestique parmi les plus fiables avec des rendements élevés de production pour votre projet d'implantation d'éolienne domestique.

Pour en savoir plus:

Top 5 pour l'implantation d'une éolienne domestique

L'implantation d'une éolienne pour particulier sur son terrain nécessite plusieurs démarches préalables à son installation. heliosolaire vous propose de passer en revue les différents aspects à ne pas négliger dans cette aventure passionnante avant de s'engager dans des dépenses en matériels et autres travaux.

1 - L'étude du site :

L'étude de site reste un des points fondamentale à réaliser avant tout projet d'implantation d'une éolienne domestique. Pour cela il est primordial de s'accompagner d'un professionnel de bureau d'étude spécialisé, car tout site est unique et demande une expertise spécifique. Deux choses à considérer : la nature du terrain et le "potentiel éolien" ou "étude de vent" du site.

Pour ce qui concerne le terrain, il est préférable qu'il soit le plus plat possible afin d'éviter des perturbations dus à un relief trop important qui pourrait modifier de manière trop importante le profil de "vitesse du vent" et provoquer ainsi des désavantages sur la production de l'éolienne ou de la sur-vitesse. Aussi, il est également recommandé de prendre des directions dégagés de tout obstacle proche ceci afin d'optimiser le rendement de l'éolienne au maximum, en effet les obstacles modifieront également les vitesses de vent et donc la production, ce que l'on appelle la "turbulence de site".

Pour avoir une première idée en ce qui concerne le "potentiel éolien" du site, on vérifiera de manière théorique d'après "la rose des vents" de météo France ou la carte des gisements ADEME. Il est fortement recommandé ensuite de faire réaliser "une campagne de mesure" sur site afin de déterminer avec précision le potentiel éolien de la zone. Une étude sur site combinant une girouette et un anémomètre sur un mât d’une dizaine à une trentaine de mètres permet de mesurer la vitesse et la direction du vent, les données obtenues sur une période de plusieurs mois seront enregistrés. En comparant les données obtenues par cette technique aux données fournies par Météofrance, il est possible d’établir un coefficient de corrélation. En appliquant ce coefficient aux données issues de la rose des vents, on peut obtenir une bonne estimation du potentiel éolien sur le site d'implantation de votre éolienne pour particulier.

2 - Les formalités administratives :

La réglementation pour la pose d'une éolienne domestique sur son terrain est assez précise. La zone d'implantation ne doit pas être protégée ou classée, aussi l'éolienne ne doit pas dépasser 12 mètres de hauteur sinon un permis de construire sera nécessaire. Aussi, il est fortement recommandé de rencontrer ces voisins pour leur exposer votre projet, car votre projet pourrait conduire par la suite à des conflits liés aux bruits ou à l'impact visuel de l'éolienne. Il est important à noter ici que les éoliennes domestiques de qualité aujourd'hui disponible sur le marché sont conçues avec des technologies de pointe afin de limiter les contraintes physiques au maximum et les frottements mécaniques ce qui les rends silencieuses même à des vitesses de rotation importante.

3 - Bilan énergétique :

Souhaitez-vous une installation autonome ou reliée au réseau électrique ? C'est une des questions qu'il est judicieux de se poser quand on veut implanter une éolienne domestique. L'injection de la production électrique permet de faire baisser sa consommation électrique de façon aléatoire en fonction du vent. La revente de l'énergie à un fournisseur produite n'est pas très avantageuse puisque les prix de rachat de l'électricité éolienne sont équivalents voire inférieurs au tarif auquel vous achèterez de l'électricité à un fournisseur.  Il est également possible de stocker son énergie en batterie afin de l'utiliser selon les besoins, aussi, il est possible d'installer un système hybride avec un équipement photovoltaïque ou les deux systèmes d'énergies renouvelables se complètent de manière intéressante en termes de production. Dans tous les cas, il faudra effectuer avec précision un bilan énergétique afin d'avoir une idée précise de sa consommation électrique et définir ces besoins, ceci déterminera également la puissance de l'éolienne.

4- Choix du matériel :

En fonction de son budget il est préférable d'investir dans du matériel de qualité, une éolienne à une durée de vie de 20 à 30 ans selon les modèles et partir sur une éolienne peu coûteuse peut être source de problème récurant. La puissance indiquée (en watts) correspond à la production maximale produite par l'éolienne selon une vitesse de vent "nominale". Si vous choisissez une éolienne qui délivre une puissance 1000 kWh alors cela signifie que la puissance maximale de production est de 1000 kWh, mais seulement si les vents sont maximaux et que l’éolienne est en capacité maximale ce qui est rarement le cas puisque la puissance du vent est aléatoire et rarement constante. En revanche, la courbe de puissance est un élément déterminant pour choisir son éolienne en fonction de la vitesse du vent, si vous avez fait réaliser une étude de potentiel éolien au préalable alors il sera possible d'estimer sa production électrique, et même de déterminer son lieu d'implantation le plus judicieux en termes de production électrique.

Il est bon à savoir également que la norme internationale CEI 61400-2 qui régit la réglementation sur les petites éoliennes pour particulier impose des exigences de sécurité minimales. Elle définit les éoliennes domestiques en fonction des vitesses de vent (les 5 classes de vent I, II, III, IV et S)  qu'elles sont capables de supporter. Les éoliennes de classe I sont les plus résistantes et sont destinées aux zones de vents forts, a l’opposé, les éoliennes de classe IV sont les moins résistantes et sont conçues pour les zones de vents faibles. La vitesse du vent est mesurée à hauteur du moyeu de l’éolienne.

  • Classe I (Vents forts) :

Vitesse moyenne du vent sur un an : jusqu’à 10 mètre par seconde - plus forte rafale ayant lieu une fois tous les 50 ans : jusqu’à 70 m/s

  • Classe II (vents moyens)

Vitesse moyenne du vent sur un an : jusqu’à 8,5 m/s - plus forte rafale ayant lieu une fois tous les 50 ans : jusqu’à 59,5 m/s

  • Classe III (vents faibles)

Vitesse moyenne du vent sur un an : jusqu’à 7,5 m/s - plus forte rafale ayant lieu une fois tous les 50 ans : jusqu’à 52,5 m/s

  • Classe IV (vents très faibles)

Vitesse moyenne du vent par an : jusqu’à 6 m/s - plus forte rafale ayant lieu une fois tous les 50 ans : 42 m/s

5 - Coût de l'investissement :

L'implantation d'une éolienne à un coût à considérer en fonction de la taille et de la puissance choisie, un projet d'implantation d'une éolienne doit être envisagé sur du long terme, environ 20 ans minimum. Une éolienne reconnus et robuste de type Skystream 3.7 ou Kingspan KW3 avec les coûts de raccordement, les travaux de maçonnerie pour la fixation du mât et l'étude du potentiel éolien peut très vite s'élever aux alentours de 15'000 à 20'000 euros au total. Il est important de comparer les tarifs, de négliger aucun aspect comme les études préalables qui sont fondamentales. Les travaux de terrassement et de fondations du socle béton doivent être également faire l'objet de grande attention afin d'avoir un support réalisé avec le plus grand soin.

eolienne-kingspan-heliosolaire
Implantation d'un parc éoliens par Eo'solar en Vendée - 6 Eoliennes Kingspan KW6 et onduleurs SMA